QUELQUES FAÇADES ATYPIQUES BINCHOISES

 

                                                                                   Alain GRAUX

 

Suite à la grande pénurie de logements engendrée par la première guerre mondiale, sont expérimentés de nouvelles techniques et de nouveaux matériaux simples, peu coûteux, et rapides à mettre en œuvre.

La marbrite, verre coloré et opacifié dans la masse, fut inventée par le maître-verrier belge Arthur Brancart et produite en grande quantité après la Première Guerre Mondiale par les verreries de Fauquez en Brabant wallon. Elle connut un grand succès dans l’architecture Art déco en Belgique durant les années 1920 et 1930, pour confectionner des revêtements de façade brillants et colorés, afin d’imiter le marbre, dans des tonalités infiniment plus riches pour un coût nettement inférieur.

La fabrication de la marbrite démarre véritablement à Fauquez en 1922. Le rayonnement du produit s’opère toutefois au lendemain de l’Exposition des Arts Décoratifs de Paris en 1925, où les Verreries de Fauquez disposent de leur propre pavillon, fort remarqué et même primé

La valorisation des déchets de marbrite (qui représentaient près de 30% de la production de marbrite) donna naissance au cimorné (ciment orné) qui fut abondamment utilisé dans les années 1930 en milieu rural et urbain pour réaliser des revêtements de façade brillants et colorés. Mis au point par l’hennuyer Pierre Peetroons.

Cet enduit, obtenu par le concassage de déchets provenant de la fabrication de la marbrite, était utilisé en combinaison avec des lattes de marbrite encadrant portes et fenêtres et avec des fragments de marbrite de grande taille recouvrant le soubassement, appelé mosaïverre.

Cimorné et mosaïverre sont composés de mortiers de ciment et de verre. Aujourd’hui leur conservation pose problème, notamment à cause de leur esthétique atypique, plus vraiment au goût du jour, ou à cause d’incompatibilité entre le verre et le mortier de ciment (pour le mosaïverre).

QUELQUES FAÇADES BINCHOISES EN CIMORNÉ

 

img_0052LA MAISON GLACE (Rue des Tripperies)

La façade classique de la maison dentiste Glace fut enduite de « cimorné » aux accents art-déco, dans les tons bruns et verts. Ce fut l’œuvre du plafonneur Fernand Faucon[1] ayant sa firme à la rue des Boulevards.

De beaux vitraux complètent cette imposante façade

 

La maison Derave (Rue d’Hurtebise, n° 58)

 

Une imbrication de volumes et d’ouvertures égaye cette maison d’angle de style moderniste, la façade présente un enduit img_0048en « cimorné » alternant le brun clair et le brun foncé soulignés par des lattes de marbrites.

Un toit plat couronne l’élévation de cette bâtisse.

Cette maison fut bâtie pour Zéphirin Derave[2]

 

 

img_0054Maison (Rue Notre-Dame de Lorette)

Suite au départ du couvent des Sœurs noires vers 1926, la propriété fut lotie en plusieurs propriétés.

L’une de celles-ci, maison à façade classique a été enduite de « cimorné » dans les tons gris-bleus qui entourent portes et fenêtres et d’espèces de papillons de tons bruns qui forment une décoration originale.

Maison, actuel café « Saint-Jacques » (Rue Saint-Jacques)

 

img_0050

Cette façade en « Cimorné » souligne les fenêtres supérieures par des tons alternés de vert-clair et vert-foncé, le bas de la façade est uniforme et de couleur grise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe une autre maison enduite en « cimorné », 17, place du Centenaire, en ton unique de vert, où celle de la rue Georges Hautmont, n°20, en ton brun.

On garde le souvenir d’autres maisons dont l’enduit en « cimorné » est aujourd’hui disparu, tels « la maison bleue » dont l’enduit donna son nom à l’enseigne,  qui fut transformée en 1928 par Hubert Deliant[3].

Il y avait aussi le « café du Commerce », formant l’angle de la rue de Savoie et de l’avenue Charles Deliège, dont le propriétaire, M. Dufrasne fit effectuer des transformations de l’immeuble en 1929, par l’architecte Albert Thauvoye[4].

 

[1] Faucon Fernand, ° Binche 1-12-1902, x Binche 22-5-1926, Pruniaux Marie-Barbe, ° Leval-Trahegnies 21-3-1908.

[2] Derave Zéphirin, ° Binche 30-8-1877, x Bizoux Palmyre, ° Battignies 5-9-1874

[3] Deliant Hubert-Joseph-René, ° Somzée 26-5-1868, x Binche 28-12-1891, Derave Joséphine, ° Binche 1-6-1856

[4] Thauvoy Albert-Augustin, ° Anderlues 23-1-1899, x Carlier Denise, ° 7-8-1901

 

 

Panorama du CIMORNE à Binche

Les photos sont dues à la collaboration S Gravet /S Buchin

 

Monplaisir 2 Rue Mon Plaisir Marie José 2 Avenue Marie José
Estinnes 1942

Estinnes rue des Trieux

décoration effectuée en 1942

Chaussée de Mons 85 Chaussée de Mons
Ch Mons N°42 Chaussée de Mons Arquebusiers Rue des Arquebusiers
Arquebusiers 32 Rue des Arquebusiers Arquebusiers 2 Rue des Arquebusiers
Pont Martien N° 1 Pont Martine Place pont Martine Pont Martine
Place du Centenaire 2 Place du Centenaire Place du Centanaire 3 Place du Centenaire
Plac Centenaire Place du Centenaire Phénix N°22 Rue du Phénix
Phénix N)18 Rue du Phénix ND Lorette 1 Rue N-D de Lorette
ND Lorette Rue N-D de Lorette St Aumone N°4 Rue Sainte Aumône
Sainte Aumone 30 32 Rue Sainte Aumône Rue St Jacques Rue Saint Jacques
Rue Monplaisir JPG Rue Mon Plaisir Rue G Haumont Rue G Haumont
Phénix N°22 Rue du Phénix Rue des Arquebusiers Rue des Arquebusiers
Rue de la Triperrie3 Rue de la Triperie Rue de la Résistance 3 Rue de la Résistance
Route de Merbes 2 Route de Merbes Inconnue 3 Route de Merbes